Retour Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Pour une défense des employeurs par les employeurs !

Jean-Marie HUCHETTE, agriculteur à la retraite à Beaucamps-Ligny (59), conseiller prud’hommes depuis 35 années à Haubourdin, puis à Lille.

Huchette

Quelles sont les raisons de votre engagement en tant que conseiller prud’hommes ?

Mon engagement est avant tout syndical ! Il faut combattre les idées reçues comme celle qui consiste à dire « de toute façon le salarié va gagner » …bien des fois cela a été démenti…

Être « juge de terrain », en participant à l’analyse d’un litige sous l’angle du bon sens, permet avant tout d’éviter d’enrayer le bon fonctionnement de nos entreprises, ou de nuire de façon dramatique aux enjeux économiques qui les entourent.

Les réalités économiques des entreprises sont ainsi prises en compte. Les jugements rendus sont équilibrés, pragmatiques et non idéologiques…

En dehors de cette raison primordiale, cette fonction m’a permis de progresser dans la gestion sociale de mon entreprise en la sécurisant et l’optimisant. J’ai pu profiter de multiples formations en droit du travail et à la dialectique syndicale. C’est une expérience unique et enrichissante qui m’a été profitable !

Quelles sont les compétences requises pour être conseiller ?

Nul besoin d’avoir une formation juridique initiale : du bon sens et la connaissance du monde de l’entreprise suffisent, sachant que nous sommes accompagnés. Nous pouvons suivre des formations régulièrement, auxquelles s’additionnent des réunions au sein du collège employeur ou des échanges organisés par le MEDEF et la FDSEA. En résumé, il faut avoir le sens du dialogue et de l’écoute, et surtout l’envie de s’investir en s’appuyant sur l’expérience de son entreprise.

Quel est le temps consacré à cette activité de conseiller ?

Fort heureusement, notre secteur d’activité est encore préservé en terme de litiges.  Il faut être disponible en moyenne une à deux journées par mois plus une journée par trimestre pour la formation.Le temps passé est indemnisé.

Pour finir, avez-vous quelque chose à ajouter ?

Oui. Je souhaiterais remercier l’ensemble des conseillers en place pour leur implication dans la défense des intérêts des employeurs. Être conseiller prud’homal est une école de la vie où thèse et antithèse s’affrontent, à nous d’en faire la bonne synthèse…

 

Employeurs agricoles : Pourquoi pas vous ?

Devenez conseiller prud’hommes ! Défendez les employeurs et les valeurs de l’entreprise !

Pour tout renseignement (modalités de désignation, formations, indemnisations, etc.) : contactez votre juriste FDSEA.

Pour le Nord, Guillaume SENESCHAL : 03.27.09.19.26

Pour le Pas de Calais, Caroline BONCZYK : 03.21.60.57.13

Ensemble pour la réussite de nos territoires !

Ensemble pour la réussite de nos territoires !

Toutes les émissions dans la médiathèque